Qui sommes nous

Votum Klima est une plateforme qui réunie les organisations non gouvernementales luxembourgeoises suivantes :Aide à l‘Enfance de l‘Inde, Action Solidarité Tiers Monde (ASTM), ATTAC Luxembourg, Bio-Lëtzebuerg, Caritas Luxembourg, Centre for Ecological Learning Luxembourg (CELL), Cercle de Coopération, Conférence Générale de la Jeunesse Luxembourgeoise (CGJL), Eglise Catholique à Luxembourg, etika, Eurosolar Lëtzebuerg, Fairtrade Lëtzebuerg, Frères des Hommes, Greenpeace Luxembourg, Kommission Justitia et Pax, Lëtzebuerger Velos-lnitiativ, Mouvement Ecologique, natur&ëmwelt, Orang Utan Help Lëtzebuerg, partage.lu, SOS Faim Luxembourg, UNICEF, Vegan Society Luxembourg.

Votum Klima est née de la conviction que les organisations de protection de l’environnement, les organisations de développement et les organisations sociales doivent agir ensemble dans la lutte contre le changement climatique. Depuis 2009, nous sommes engagés pour un virage de la politique climatique et énergétique du Luxembourg.

Avec environ 18 tonnes de gaz à effet de serre nuisibles au climat par habitant, le Luxembourg se situe encore nettement au-dessus des émissions de gaz à effet de serre des sociétés modernes et est très éloigné de ce qui est nécessaire du point de vue de la protection du climat.

Plus nous concevons la protection du climat comme une chance pour notre société, plus il sera facile de faire face à l’énorme tâche que représente la protection du climat et de préparer le pays pour un avenir au-delà des combustibles fossiles.

Le changement climatique : le plus grand défi auquel est confrontée aujourd’hui l’humanité

Le changement climatique affecte l’existence de toute l’humanité, sa santé et sa alimentation. Il détruit les champs à long terme, provoque l’assèchement de l’eau, l’extinction d’animaux et de plantes. Il modifie des écosystèmes qui se sont développés au fil de dizaines de milliers d’années.

Particulièrement touchés par le changement climatique sont les pays qui ont le moins contribué au réchauffement climatique : les pays en développement. Les principaux responsables – les pays industrialisés occidentaux – doivent assumer leurs responsabilités et aider les pays en développement.

Plus de 20 millions de personnes sont déjà en fuite parce que leur pays d’origine n’offre plus de conditions de vie adéquates en raison du changement climatique. Des centaines de millions de réfugiés sont attendus au cours des 30 prochaines années.

->Lien vers le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)Changement climatique 2014 : Rapport de synthèse du GIEC
https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/syr/SYR_AR5_FINAL_full_fr.pdf

Protection du climat : pas de temps à perdre !

Depuis le début de l’industrialisation, la température moyenne sur terre a augmenté de 0,85 degrés Celsius. L’action humaine en est responsable. La combustion massive de combustibles fossiles comme le charbon et le pétrole fait de la terre une serre.

Les prévisions des principaux experts du climat : Si les pays industrialisés et émergents ne réduisent pas drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne sur terre pourrait encore augmenter de quatre degrés d’ici la fin du siècle.

L’Accord de Paris sur le climat a été signé par plus de 170 pays en avril 2016. Par quoi, la communauté internationale s’est engagée à limiter l’augmentation de la température mondiale à un niveau « bien en dessous de deux degrés Celsius » respectivement « à faire des efforts pour ne pas dépasser une augmentation de 1,5 degrés Celsius ».

Les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites à zéro d’ici le milieu du siècle. De fait, cela signifie la sortie totale des combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz d’ici 2050.